top of page

Lycaon et Callisto, Tome 1

lycaon1.png

Extraits

" Guillaume avait failli renoncer dix fois à honorer son rendez-vous avec Michel Guérineau.

Il s’était arrêté à l’entrée de la propriété, peu enclin à connaître ce que pouvait bien lui exposer cet étrange personnage. Et qu’avait-il à lui demander ?

Il fixait la pancarte sur pied, imposante à l’image de son propriétaire, façon ranch, qui annonçait le domaine de Palluau.

Figurait sous le nom de la propriété, une devise « Humilité et Honneur me font Homme ».

Pour tous, ce panneau annonçait une frontière que peu s’autorisaient à franchir. Peu d’invitations, peu de visites de courtoisie, peu de personnes étrangères à ce site franchissaient la barrière blanche presque toujours ouverte.

Il redémarra en soupirant et parcourut lentement les derniers deux cents mètres qui le séparaient encore d’une étonnante autant qu’improbable et non moins redoutable proposition.

Guillaume se présenta dans l’embrasure de la porte d’entrée de la grande maison de maître. Cette bâtisse était la demeure des Guérineau depuis plus de huit générations. Jamais il n’avait eu l’occasion d’y venir.

Malgré son manque d’intérêt pour la vie privée d’autrui, il se prit à détailler tous les effets personnels qui encombraient l’essentiel de cette première pièce qui faisait office de vestibule.

Un véritable capharnaüm de choses diverses autant qu’apparemment inutiles était entreposé là. Chaque visiteur ou personnel habitué se délestait de fardeaux et objets divers dans l’attente devenue perpétuelle de retrouver une meilleure destinée.

Il entendit un pas inégal dans son dos en provenance de la cour. Il se retourna et vit la masse de Guérineau avancer en claudiquant, mais apparemment décidé. Il balançait les bras pour donner de la vitesse à son pas lourd et imprécis.

Il souriait jusqu’aux yeux, bouche ouverte, essoufflé, mais d’une apparence très avenante.

— Entrez ! Entrez Guillaume, je vous prie de m’excuser de ne pas vous avoir attendu pour vous recevoir. Je vous avoue que je craignais que vous renonciez à venir. Car vous avez bien hésité n’est-ce pas ?

Il n’attendit pas de réponse et continua en appuyant son verbe d’un moulinet de bras signifiant qu’il comprenait.

— Ne me dites rien ! il n’y a rien là que de très normal. Il faut reconnaître que rien ne nous a jusqu’ici permis un quelconque rapprochement ni un intérêt de bon voisinage.

Guillaume s’effaça pour laisser Guérineau passer, il se colla autant que possible contre la porte. Il douta qu’ils puissent se croiser sans se heurter. Il trouva la situation cocasse, il retint son souffle alors que Guérineau cherchait le sien. Il rentra son ventre pour ne pas embrasser celui de son hôte.

— Pardon Guillaume, vous devez me trouver bien impotent, et croyez-moi je hais cette vieillesse qui ajoute le poids de la chair à celui des ans. Deux entraves qui vous font paraître le chemin quotidien toujours plus long et ardu.

...

— Vous êtes encore jeune et d’un bon physique, vous ne pouvez savoir votre chance…

— Si, Mr Guérineau, si je sais la chance d’avoir son corps comme allié.

— Oui, c’est cela… c’est cela… avoir son corps en allié… j’aime bien cette image. Suivez-moi..."

.... / ....

"— Au risque de vous décevoir, ma vraie raison de vivre c’était Vanessa ! Ma Vanessa ! Elle était tellement différente !

Tellement…

Il croisa ses mains si fort que ses phalanges blanchirent. Les muscles de ses bras tendirent le tissu de ses manches. Il baissa la tête comme pour soutenir un effort violent.

Il ne faisait qu’essayer de retenir ses larmes. Il ne pleurerait pas devant son patron. Il ne voulait pas révéler cette faiblesse, ce qu’il pensait être une faiblesse chez un homme comme lui.

— Maintenant avec le recul je n’en doute pas un seul instant, et je vous connais assez pour savoir qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, que l’être qui vous retient est forcément quelqu’un de particulier… Et je ne me m’inclus pas dans ce profil.

Pascal mon ami…"

.... / ....

"Un certain nombre des femmes en présence avaient été en leur temps adeptes du binge-drinking ou de soirées sexe improvisées ou pas.

Il arrivait parfois à quelques-unes de pratiquer les deux thèmes, autant pour se désinhiber que pour ne pas rester seules face à la complexité de leur vie.

Elles avaient en commun une volonté farouche de réussir, en perpétuelle compétition avec les hommes dans la vie ou au sein de leur milieu professionnel. Elles s’étaient connues pour quelques-unes dans les grandes écoles, pour d’autres dans des réunions privées pour d’autres encore elles avaient été cooptées par le duo de choc Clémence et Charlotte.

Toutes avaient au moins un point commun qui les reliait entre elles. Elles constituaient un chapelet apparemment hétéroclite.

Cependant à y regarder de plus près, elles étaient à des degrés divers, représentatives des femmes bien de leur temps."

.... / ....

"Effectivement Vanessa pouvait représenter Pandore, cette superbe égérie des dieux de l’Olympe. Cette Olympe symbolisée par T S W et les déesses de sa création. Façonnée d’argile et d’eau Pandore fut promise et, offerte avec elle une boîte, un carcan, une dot venimeuse contenant tous les maux de l’humanité.

Vanessa présentait tous les atours et les attirances de Pandore, elle magnifiait tous les attributs de la réussite et brûlait des feux de la Passion, de l’Orgueil et peut-être de la Tromperie… Quelques-uns des contenus maléfiques de sa boîte qu’elle ne put s’interdire d’ouvrir.

Comme dans la mythologie, Vanessa parfait symbole de la réussite T S W, se para en quelque sorte de ce qu’elle crût ne pas être des bijoux maléfiques, en laissant les maux s’échapper de la boîte de toutes les tentations.

Ils l’enveloppèrent, l’habillèrent, l’imprégnèrent, la transformèrent…

Peut-être aussi, comme dans la tragédie grecque, n’y eut-il plus que l’Espérance qui resta prisonnière du coffret, quand elle laissa retomber le couvercle. Espérance qui lui fit défaut dans ses actions, ce qui peut-être encore causa sa perdition, et pour l’instant à elle seule…"

.... / ....

conceptual image_love for the book_edited.png

Témoignages de lectures

Je termine le 1° tome, captivant, prenant, des personnages riches, denses, des rebondissements à souhait. Je tremble de savoir si le chien de Guillaume a survécu ?

Christophe

J’en suis à peine au milieu du tome 1, bon vocabulaire, descriptions pointues des personnages et de leur caractère, mise en place en étoile et là, je sens que cela " se rétrécit » et envie d’aller plus loin…

Edith

Je viens juste de démarrer la lecture du Tome 1 et je suis tombée sous le charme de Guillaume et de son chien va-t-il rester célibataire ????

Florence

J’ai lu avec beaucoup d’assiduité les deux tomes, ce qui chez moi est une preuve d’intérêt certain car sinon je commence puis laisse en plan (pour y revenir … ou pas) et démarre une autre lecture.

J’ai aimé ce moment passé en immersion dans cette intrigue, bien ficelée, bien écrite où j’ai beaucoup apprécié de te retrouver, avec tes connaissances sur tellement de sujets différents et surtout tes coups de griffes contre la bêtise en général …   

Les deux livres sont partis à Grenoble pour que mon frère et ma belle-sœur en profitent.

Christine

Habituellement, je ne suis pas un grand lecteur de romans, mais le tome 1 de Lycaon et Callisto m'a passionné et la fin de ce premier livre m'a donné envie d'attaquer le tome 2 aussitôt !

J'ai reconnu une partie autobiographique dès le début puis Guillaume, Michel, Pascal d'une part, et Charlotte, Lola et Clémence d'autre part, peuvent être des personnes que l'on croise tous les jours, les sujets abordés sont tout à fait d'actualité, la fiction rattrapant la réalité !!!

Je suis impatient et curieux de découvrir ton prochain livre...

Jean-Philippe

Je ne suis pas un grand lecteur mais je n’ai pas laissé le temps à Fabienne d’ouvrir le 1er tome et c’est avec grand plaisir que j’ai dévoré les 2 tomes de ton roman.  Un roman qui en appelle d’autres et qui ferait un bon scénario de film bien que la mode soit aux séries tv ….

On se laisse facilement transporté par des personnages attachants et j’ai laissé tomber les soirées télé sans regret……sauf le foot.

Alain

J’en suis au premier tome page 300.  Après un départ en fanfare sur les 150 premières pages, je patine vers la 300 -ème. Il me faut retrouver un second souffle…

Jean-Michel

Pour ce qui est du tome 1, j'ai vraiment apprécié et je l'ai lu très rapidement car tenu par le suspens. Je le trouve évidemment super bien écrit mais je ne suis pas surpris par l'auteur. J’ai commencé le tome 2. Mon épouse vient de le commencer.

Frédéric

J'ai revu ainsi un ami doté de réelles qualités d'écriture. Chapeau bas pour ton premier essai, tu l'as brillamment transformé. Tu as su parfaitement maintenir le rythme dans le second tome sans aucunement lasser le lecteur.  

    Tu sais, je me suis rappelé cette citation de Corneille qui dans '"Examen d'Horace" écrit :

Pour émouvoir puissamment il faut de grands déplaisirs, des blessures et des morts en spectacle,c'est tout à fait le cas. J'imagine l'investissement personnel que tu y as mis et j'espère ardemment que tu en seras fortement récompensé.   Je ne te cache pas avoir offert ton livre à quelques-uns de mes amis et j'attends leurs impressions.

Patrick

Je vous propose de découvrir ici les romans que j'ai publiés, les livres que j'ai aimés.

Cet espace est un espace que je souhaite ouvert aux échanges.

Bienvenue

bottom of page